• 7 allée des portes de la forêt, 77090 Collégien
  • 01 60 06 96 96
  • Lundi à Samedi / 09:00 – 19:00

La pénurie européenne de voitures d'occasion fait grimper les prix

  • Accueil
  • Actualités
  • La pénurie européenne de voitures d'occasion fait grimper les prix
La pénurie européenne de voitures d'occasion fait grimper les prix
Rédigé par

La pénurie européenne de voitures d'occasion fait grimper les prix

Dans son rapport mensuel, la plateforme Le Parking fait état d'une fonte de 2,2 % du nombre d'annonces de voitures d'occasion dans les cinq pays de l'ouest européen, à 3,46 millions d'offres. En conséquence, le tarif moyen augmente de 2,3 %, à plus de 17 000 euros.

Les mois se suivent et rien ne semble endiguer le phénomène. Encore une fois, le nombre de voitures d'occasion disponibles sur les sites de petites annonces s'est contracté, selon les statistiques publiées dans le baromètre Le Parking/Le Journal de l'Automobile. Au 15 août 2021, le cumul des offres visibles en France, Allemagne, Italie, Espagne et Belgique s'élevait à 3 462 496 unités, soit 2,2 % de moins que le mois précédent.

Plus en détail, les annonces de VP d'occasion ont connu un repli de 2,1 % sur la période, à 3,283 millions d'unités, quand celles de VUL de seconde main ont perdu 2,6 % de volume à 178 549 unités. Une dynamique qui n'est en rien liée à la situation en France où les VPO se sont stabilisés à 904 255 annonces (-0,2 %) et les VUL ont gagné 2,9 %, à près de 63 700 publications actives. Un cumul d'environ 967 950 unités qui est pratiquement égal à celui de juillet 2021.

En fait, ce sont nos pays voisins qui subissent des effritements entre juillet et août. L'Allemagne rend 1,2 % à 1,420 million de VO, dont 1,350 million de VPO (-1,1 %) et 69 680 VUL (-2,2 %). L'Italie concède 6,1 %, à 485 630 VO en ligne, avec 469 770 véhicules particuliers (-5,8 %) et 15 860 VUL (-13,5 %). Toutes aussi impressionnantes sont les baisses de propositions en Espagne et en Belgique. Dans le pays ibérique, Le Parking rapporte -4,8 % (447 623 unités) découlant d'une fonte des VP (-4,6 %, à 427 100 unités) et des VUL (-9 %, à 20 525 unités). En Belgique, les sites présentent 141 220 annonces (-3,2 %), dont 132 430 VP environ (-3,1 %) et 8 790 VUL (-4,7 %).

 

Une rotation en accélération

A l'échelle des cinq marchés, 93,7 % des quelque 3,46 millions annonces concernent des moteurs thermiques, des hybrides ou des électriques. Le recensement effectué crédite les VO diesel de 45,7 % de pénétration dans les offres, contre 43,1 % pour les moteurs essence. Les hybrides représentent désormais 3,3 % des publications, laissant 1,6 % aux électriques. En France tout particulièrement, les moteurs essence sont donnés à 34,5 % soit nettement en-dessous des diesel (53,7 %). Les hybrides et les électriques s'alignent sur la tendance internationale avec respectivement 3,5 % et 1,6 % de pénétration.

 

La rareté n'a d'autre effet que d'accélérer la rotation. Globalement, elle s'améliore chez les professionnels comme dans le camp des particuliers. D'un mois sur l'autre, la durée moyenne de publication des annonces a baissé. Les professionnels sont passés de 70,6 jours à 59 jours. Mais pour mémoire, il y avait eu un épiphénomène en Espagne le mois précédent. Au 15 août, c'est en France que la durée moyenne des VO BtoC était la plus longue du panel (65 jours). Inversement, c'est aussi dans l'Hexagone – et en Allemagne – qu'elle était la plus courte en CtoC avec 27 jours. En moyenne européenne, chez les particuliers, la durée de mise en ligne est passée de 43,8 à 42,2 jours.

 

Inflation de mise

La rareté a aussi et principalement pour conséquence d'influer les prix à la hausse. Sur les plateformes de publication d'annonces, les professionnels et les particuliers conjugués réclament en moyenne 17 025 euros pour leur véhicule, soit 2,3 % de plus qu'en juillet. Il s'agit du montant le plus élevé depuis le début de l'année 2021. En détail, les VO BtoC se monnaient 22 667 euros (+1,9 %), soit là aussi un pic, et les CtoC sont évalués à 11 382 euros (+3 %).

La France s'inscrit un cran en-dessous de ces moyennes avec des montants de 21 956 euros chez les professionnels (+1,5 %) et de 10 468 euros chez les particuliers (+1,6 %). L'Espagne connaît la plus forte inflation. Les véhicules d'occasion prennent 3,3 % en boutique (20 836 euros) et 11,4 % chez les particuliers (11 210 euros). Terre de contraste, l'Allemagne affiche les prix les plus élevés en BtoC (26 024 ; +1,3 %) et parmi les plus bas en CtoC (10 991 euros ; -0,8 %). La Belgique quant à elle se distingue en étant le pays où les tarifs sont au-dessus de la moyenne sur les deux segments (24 129 euros chez les pros et 13 116 chez les particuliers).

 

Source : https://journalauto.com/


BACK TO TOP